Jean ANGOT était fier de ses origines normandes. Il est très difficile de retracer son parcours musical.

   Il a été pensionnaire de l'Opéra Comique de 1954 à 1972 d'abord comme baryton puis comme ténor ce qui est une migration vocale très rare.

   On peut retrouver la trace de quelques prestations notamment en 1962 à Alger où il chante Paillasse de Léoncavallo; à Clermont Ferrand, où il chante dans l' "Hérodiade" de Massenet; à Nancy le 6/4/1962, il participe à la création du "Duc de Guise", opéra de André AMELLER ; le 3 et 4 octobre 1964, il est à Tours dans Boris Godounov et la même année chante Pompéo dans Benvenuto Cellini à Clermont Ferrand.

   Plus tard, on le retrouve sous la baguette de Georges PRÊTRE où il pris le rôle du Marquis de la Force dans le "Dialogue des Carmélites" de Francis POULENC, le 7 et le 9 décembre 1972, à l'Opéra de Paris. Il y sera aussi Manfredo dans les Vêpres siciliennes en 1974 et 1975 avec Nello SANTI.

   En 1974, il chante aussi pour la création de l'opéra oublié "Sire Halewyn" de Yvan SEMENOFF à l'Opéra de Nantes.

   Il existe dans la biographie de Claude NOUGARO écrite par L. WODRASKA une anecdote le décrivant au domicile du chanteur où la maman le prend pour un médecin alors que Jean est venu pour une audition. On n'en sait pas plus!

   Jean ANGOT, pris ensuite le parti de devenir professeur de chant et il fût accepté au Conservatoire de Montpellier où il enseignait une technique simple et robuste, héritée de celle de GARCIA.

   Il a été professeur de chant au Conservatoire de Montpellier jusqu'à ce qu'un terrible accident de circulation mette fin à sa carrière.

 

 

© 2016-2017 ARTEFUZE ©                                                  

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube